L’enquête

Poursuivre l’enquête d’Un Centre Ville Pour Tous de 2015

L’association Un Centre Ville pour Tous, dans le cadre de son action comme association locale d’usagers agréée (art. L121.5 du Code de l’Urbanisme), accompagne depuis 2004 les habitants de la rue de République dans le cadre des opérations de réhabilitation en cours par de nombreux opérateurs privés ou publics. Interpellée par la lenteur de l’opération et par le désengagement des pouvoirs publics dans son encadrement, elle a entrepris en 2015 de réactualiser, par un travail d’enquête systématique sur le terrain, ses connaissances sur l’avancement de la rénovation et l’occupation actuelle de la rue dans le périmètre de l’OPAH Marseille-République (cf. Numéro Spécial La rue de la République : Onze ans après et toujours inachevée, 2015 ). Sur la base des résultats de cette première expertise, l’association a interpellé l’opinion publique et les décideurs en alertant sur le besoin de mettre en place un véritable bilan de l’opération, initié par les pouvoirs publics, avec l’appui de tous les acteurs concernés y compris les habitants et leurs associations.

Un rapprochement entre mondes associatif et universitaire

L’enquête 2015 prévoyait un volet qualitatif qui n’a pas pu être engagé à défaut de ressources humaines et des compétences nécessaires à la conduite d’une enquête visant le recueil de données de connaissance quantitatives et qualitatives permettant la caractérisation socio-démographique et socio-économique des ménages qui occupent les immeubles du périmètre de l’OPAH Marseille-République et d’apporter des éléments de réponse aux interrogations suivantes : qui sont les nouveaux/anciens habitants en termes socio-économiques, socio-démographiques, de statut d’occupation des logements (propriétaires occupants/bailleurs, locataires) ? Quelles sont les trajectoires résidentielles des habitants actuels de la rue ? Autrement dit, comment se retrouvent-ils à vivre rue de la République ? Comment pratiquent-ils et comment se représentent-ils la vie sociale, commerciale, les éléments de (in)confort résidentiel, dans la rue ? À cette fin, l’association a souhaité s’associer à de groupes de chercheurs et jeunes chercheurs intéressés par la mise en place d’actions de recherche concourant à la réalisation de cette enquête durant le premier semestre 2016 (Appel à manifestation d’intérêt). De la rencontre de CVPT et de l’association APPUI, dont un des objectifs est de mettre en relation des habitants et groupes d’habitants concernés par des projets urbains et des universitaires pour stimuler l’apprentissage mutuel d’une expertise ¨citoyenne¨, un appel à manifestation d’intérêt à été lancé en novembre 2015 auprès de plusieurs groupes d’universitaires à Marseille, Paris et Montpellier.

Une enquête collective se met en place

Trois équipes ont manifesté leur intention de participer à cette démarche. Une équipe est composée par des encadrants et étudiants venus de Montpellier (ENSA) et de Paris (Paris 8, association APPUII) (équipe Modes d’habiter). Sous la direction d’Agnès DEBOULET et de Khedidja MAMOU, elle conduit une enquête intensive sur une période courte début février. Deux autres équipes sont composées par des encadrants et étudiants marseillais, les uns rattachés au Laboratoire Population Environnement Développement (LPED) d’Aix-Marseille Université (équipe Résidents) sous la direction d’Elisabeth DORIER, et les autres à l’ENSA Marseille (équipe Espaces intermédiaires) sous la direction de Sandrine HILDERAL. Ces équipes conduisent des enquêtes qui s’étaleront sur un temps plus long. Par delà les spécificités des approches thématiques, méthodologiques et disciplinaires de chaque équipe ainsi que de leurs attentes pédagogiques, l’intention commune est celle de stimuler et de coordonner les rencontres, les échanges en équipes, ainsi que la mutualisation, les complémentarités et la valorisation collective des données et analyses produites.

Propositions

Depuis novembre 2015, des échanges ont conduit à préciser les propositions des un et des autres ainsi qu’à trouver des articulations et leur mise en cohérence. De façon schématique, les equipes Modes d’habiter et Résidents travaillent sur la dimension résidentielle. L’équipe Modes d’habiter interroge les formes d’occupation et les niveaux d’appropriation des espaces privatifs (comment vivent les habitants?) par leurs occupants, à partir d’entretiens et de relevés habités dans un panel d’immeubles sélectionnés à partir des données de terrain de CVPT sur la base de l’intérêt qu’il représentent de part leur histoire sociale, immobilière, ou autre critères. Ce panel a été défini collectivement lors de la séance d’ouverture. L’équipe Résidents s’intéresse à la qualification du peuplement des logements (qui sont les habitants?) du panel d’immeubles par la mise en place d’un questionnaire détaillé, testé pendant la période du 30.01 au 4.02. Les deux équipe ont ainsi mutualisé le travail de terrain. L’enquête de l’équipe Résidents se prolongera jusqu’au printemps 2017. L’équipe Espaces intermédiaires interroge les pratiques et représentations des espaces intermédiaires (transitions, liens, interfaces public/privé). Elle mobilise des outils divers (relevé habité, entretien, croquis, questionnaire, cartographie, etc.) pour réaliser des monographies d’immeubles d’un deuxième panel. Compte tenu des taux importants de vacance des rez-de-chaussée commerciaux dans la rue (55% en moyenne, avec des taux très variables selon le tronçon de la rue), les équipes intègrent la dimension commerciale dans leurs questionnements sur la vie sociale dans la rue.

Mieux connaître et donner à connaître : un acte d’interpellation?

Communiquer et contribuer à la connaissance des effets des opérations urbaines sont-il des formes de rébellion pour briser le silence qui peut exister du coté des aménageurs publics et privés? Cette enquête collective et citoyenne permettra potentiellement de lever un certain nombre idées reçues quant aux évolutions du peuplement plus de dix ans après le début de l’opération République. Les résultats des actions de recherche qui seront conduites dans ce cadre contribueront à l’apprentissage collectif d’une expertise ¨citoyenne¨ et à l’effort collectif d’évaluation de l’opération.

Les objectifs de ce carnet de recherche sont : la mise en réseau, le partage de données de connaissance, d’hypothèses et de résultats de travail

Enquête sur le devenir d'une artère marseillaise