Au bord de la République

Bref retour sur la trajectoire versatile du « problème de la rue de la République »

Jean-Stéphane Borja

Dans les lignes qui suivent1, je vais parler de la rue de la République, et de ce qui s’y est passé il y a plus d’une décennie à présent. Ce travail de longue haleine est restitué dans ma thèse (Vie et mort d’un problème public. Autour du problème de la rue de la République), dans l’ouvrage Attention à la fermeture des portes paru aux Éditions Commune et co-signé avec Martine Derain et Véronique Manry, ainsi que dans l’ouvrage Street corner democracy. Ethnographie d’un processus de rénovation urbaine, à paraître prochainement chez Petra (Éditions Pragmatisme, 2018).

Dans cette contribution, je ferai un point, un bref focus sur l’articulation, ici, d’une arène publique, sur ce qui est venu cadrer et faire détonner une situation conflictuelle ; ou mieux une situation problématique.

Je dis « problématique » car mon objet/objectif de recherche est recentré, pour plagier John Dewey, sur « le public et ses problèmes »2. Parler de problème public renvoie en effet à une approche pragmatite, celle d’auteurs comme Joseph Gusfield ou Daniel Cefaï3 ; et bien d’autres encore, puisque la question des problèmes publics/sociaux s’inscrit dans une tradition sociologique qui s’étire sur près d’un siècle, notamment outre-atlantique. Pour autant, il ne s’agit pas de rompre avec le prisme d’une sociologie urbaine, tout au moins avec l’École de Chicago. Cette école sociologique s’enquiert-elle aussi à sa manière de problèmes publics/sociaux, des problèmes par exemple inhérents à des « crises » que suscitent une mobilité généralisée, des déplacements et installations de populations, et qui constituent la ville comme un véritable laboratoire social.

Mon intérêt de recherche va ce faisant à la confection de situations problématiques. Jamais données, ni déterminées a priori, il s’agit au contraire de considérer l’éclosion d’un problème comme relevant d’un processus porté par des dynamiques collectives, comme résultant d’une enquête sociale4 où des troubles jaillissent, sont expériencés, repérés, assujettis à une micro-politique, viennent parfois cristalliser des formes de concernement, travailler des univers de sens, articuler une arène publique et faire saillir des problèmes susceptibles de trouver un minimum de répondant par le déploiement d’une action publique. Parler d’arène publique, c’est en effet voir des effets de cadrages qui peaufinent une situation comme relevant d’un concernement public, voir comment une telle situation peut devenir un enjeu de lutte, de disputes, sans que tout cela n’ait rien de très consensuel, ni de définitif. Cela justifie de porter attention aux scènes publiques où se véhiculent autant que s’éprouvent des matériaux de sens, des « façons de voir ». À l’échelle urbaine, l’espace public urbain en est une. Là où l’on se croise, se rencontre, là où l’on fait connaissance des uns et des autres, où circulent des rumeurs et autres « nouvelles improvisées »5, au gré des rencontres et de ce que je qualifie comme un « faire connaissance ».

Je pourrais en dire davantage sur cette « street corner democracy ». Mais l’important est certainement d’avoir en tête qu’un problème public ne se déclare pas sous quelques sentences, même sous celle du sociologue (cela peut arriver, mais cela le situerait aussitôt, me semble-t-il, comme expert). Au contraire, il s’agit de penser l’avènement d’un problème comme un « processus de définition collective »6, lequel couve souvent plusieurs années et, même une fois le problème « déclaré », n’est jamais sans rencontrer de nombreuses contrariétés.

Prenons l’exemple de la rue de République. Au départ, les attentions sont loin d’être centrées sur la menace d’expulsion massive des locataires – c’est de cela, en effet, dont il s’agira finalement. Ces attentions se focalisent bien plutôt sur l’insécurité, sur l’immigration clandestine et sur les squats. Les troubles se redoublent ainsi tantôt de la stigmatisation des Maghrébins, dernière vague d’implantation7 qui semblent, par leur arrivée même, déprécier la rue (« Ils louent à n’importe qui ! »), tantôt, et avec une acuité toujours plus prononcée, de celle des squatteurs, souvent sans-papiers, qui investissent les (déjà) nombreux appartements vacants des immeubles de cette rue. Seulement, au bout du compte, l’habitant aura vite fait de partager un devenir « expulsé » ou « exclu » ; devenir que lui-même a parfois pu rechercher pour ces « hommes marginaux » que sont les squatters !

Alors tout ça, c’est pour moi une façon d’indiquer d’où je parle et quels ont été les objectifs de mon enquête. Je vais me limiter ici à présenter ce « Problème de la rue de la République », la forme qu’il a pris et la trajectoire qui a été la sienne.

Du public

Alors, « problème de la rue de la République », il faut déjà dire que c’est là une désignation qui fut courante. Celle-ci n’est aucunement de mon fait ; elle provient du terrain lui-même. Également, c’est une désignation intrigante, en ce qu’elle ne laisse que peu présumer de quoi il est question a priori. En fait, le voile de la gentrification n’a jamais été très loin dans toute cette affaire-là. Pour bon nombre d’acteurs, un tel prisme cadre. En tout cas, il cadre suffisamment pour dénouer un drame entre des « pauvres » qui quittent leur logement, des « propriétaires spéculateurs » qui les y « pressent » (deux multinationales détenant 1 500 logements chacune), et des plus « riches » qui, bien que brillant par leur absence, sont pressentis pour accomplir cette destinée. Ajoutons à cela une vaste Opération d’intérêt national, Euroméditerranée8, des reventes à la découpe, quelques intrigues politiciennes, la crise des subprimes (faillite de Lehmans Brothers), des francs-tireurs du Capital délicats à désigner (Maghrébins ? Squatters ?), et voilà le décor planté.

Le drame de fond s’en trouve de la sorte précisé : ce sont les velléités de grands propriétaires privés à « se séparer » de l’ensemble de leurs locataires dans ce qui constitue alors une opération publique. La réhabilitation demeure en effet peu encadrée par les pouvoirs publics, pour ne pas dire « déléguée » à des opérateurs privés. Il en résulte de nombreuses « pressions » exercées sur les locataires par desdits « médiateurs » (employés par l’un des propriétaires et qui parcourent quotidiennement les immeubles), conduisant les militants d’une association, luttant pour le maintien d’un centre-ville populaire (l’association Un Centre-ville-pour-tous), à s’impliquer, à s’employer à faire face à de telles velléités, à dénoncer les « pressions » des médiateurs et à défendre le droit des locataires.

Mais en dépit d’une telle implication, il n’en demeure pas moins : ce calque gentrifiant ne sera pas simple à positionner définitivement (dans les deux sens du terme). Et de fait : une telle vue ne fera pas toujours sens. Les troubles rencontrés sont en effet loin d’être toujours ressaisis sous de telles augures. De même, ces affaires sont parfois considérées comme privées. Aussi n’est-il pas inintéressant, par-delà ce que certains situaient ou réduiraient – comme l’on fait les acteurs militants sur le terrain – à une « inconscience », de comprendre ce qui à un moment donné « mobilise », ou non ; là où vont les attentions et ce dont ils ont conscience, ou non. Car, que ce cadrage gentrifiant ait eu du mal à prendre ou n’ait pas tout à fait pris, cela offre, un peu en-deçà, la possibilité de voir à l’oeuvre un exercice démocratique, tout tâtonnant soit-il ; et plus avant de pister au quotidien les évolutions de ce qui a pu ici faire problème pour un minimum de public.

De l’enquête

Alors comment tout cela émerge-t-il ? On est à l’été 2004. La réhabilitation est en cours et stagne depuis plusieurs années. Avant même la prise définitive du problème en 2004, les attentions étaient clairement éparpillées, diffuses. Conflits de voisinage avec les squatters, stigmatisation des Maghrébins s’implantant dans les appartements, vacances, etc. : sauf pour quelques rares « fada », la gentrification, en tant que problème, ne fait pas vraiment sens, ni d’ailleurs problème. Le problème alors, c’était souvent l’insécurité (dont l’une des variantes sera « l’insécurité dans les immeubles »). Parfois aussi, c’était l’immigration clandestine.

Il est par exemple bien délicat de relier le départ d’un incendie consécutif au « bidouillage » d’un compteur visant alimenter en électricité un squat, à une gentrification ouverte par quelques franc-tireur du Capital! Tout aussi délicat que mettre ce départ en résonance avec une velléité du propriétaire à chasser les habitants. Par exemple, c’est plus sûrement qu’un tél événement est classé à la rubrique « fait divers » par tel journaliste. C’est plus sûrement, aussi, qu’on s’oriente discrètement ou sans trop faire de vagues vers le propriétaire, vers la police, vers les services d’hygiène ou encore vers des associations qui s’efforcent de relier les liens générationnels entre « anciens » et « nouveaux » habitants, pour que « quelque chose soit fait ». Il faut dire, qu’en ce temps, bien peu de locataires n’étaient au courant d’un quelconque projet de réhabilitation en cours ! En ce temps aussi, l’un des lieux qui cristallisait particulièrement les attentions et les discrètes actions associatives en matière d’insécurité, c’était ledit « marché sauvage » de la Porte-d’Aix, place marchande improvisée et bassin d’emplois de sans-papiers s’il en est.

Aussi, pour aboutir à la formulation publique d’un problème, des déplacements successifs ont été à l’oeuvre. Ces déplacements sont venus peu à peu travailler et étoffer une telle « prise de conscience ». En voici le cheminement rapide. Si, au départ, il est question d’insécurité ou d’immigration clandestine, l’attention va peu à peu se déplacer, de façon toujours plus marquée, sur l’état des immeubles et les squats, sur la multiplication de « volets fermés », restituant l’appréhension d’un dépeuplement massif de cette rue (pour le coup « Maghrébins compris »). Ce dépeuplement trouvera alors un sens aigu à la découverte tardive de l’existence, pour le coup « cachée », d’un projet de réhabilitation ; et cela avant que l’« impensable » ne finisse par arriver avec le lancement de la résiliation des baux de l’ensemble des locataires à la sortie de l’été 2004…

Tel que je le conçois, tout cela s’ajuste à un processus d’enquête sociale. Ce processus permet par exemple de restituer comment on glisse progressivement de la question de l’insécurité à la gentrification ; comment ce glissement est aussi le fait d’acteurs qui émergent, se saisissent de difficultés, les formulent et reformulent, affrontent la difficulté que cela n’aille pas toujours de soi pour d’autres, et les déconvenues qui vont avec. Car l’adresse d’« inconscience » des uns trouve du répondant dans celle, en retour, de la « folie » des autres. Malgré cela, ce travail d’enquête ne saurait non plus être sans un minimum de rencontres (aux pieds d’un immeuble, dans un commerce, au bar, dans une laverie, etc.). Le « dépeuplement de la rue » finira par exemple par être appréhendé par tel responsable associatif, du fait que, vendeur de jouet, il voit son chiffre d’affaire dégringoler et est à l’écoute, au seuil de son magasin déserté, d’histoires de difficultés avec les squatters. De même, une rencontre décisive aura lieu dans une laverie à la suite d’une banale machine à laver en panne d’une locataire. Là, cette locataire y fait connaissance avec la patronne et, le linge sale ne se lavant plus en famille, on réalise que « quelque chose se passe ». De cette rencontre naîtra ainsi un collectif d’habitants. En fait, et plus largement, il est remarquable que nombres d’acteurs se rencontrent, configurent les choses, se succèdent dans le temps, prennent la relève d’autres. Et c’est bien ce travail de fond qui aboutira sur la sollicitation de CVPT fin 2003 par ce collectif. La locataire en question découvrira dans les médias l’existence de cette association, et ira à sa rencontre.

De l’alerte

Malgré tout, la simple venue de l’association CVPT ne saurait suffire pour voir éclore un problème public. Certes, elle prendra elle-même, non sans prudence, connaissance de la situation, de ce qui se passe sur cette rue. Mais il faudra en fait attendre l’arrivée d’un nouveau propriétaire en 2004 pour que le prisme gentrifiant trouve quelques prises un peu plus définitives et assurées. En effet, ce nouveau propriétaire, Marseille République, opèrera une arrivée des plus remarquées. Remarquées, déjà, par les annonces plutôt déroutantes de son directeur réalisées lors d’une conférence de presse censée – précisément – « lever toute ambiguïté » à ce sujet9. Et il s’exécutera : la rupture des contrats locatifs, sous des motifs non prévus par le Code de baux, s’engagera dès lors10. Ces ruptures seront accompagnées, sinon préparées, par le travail de « médiateurs » qui font la tournée des immeubles pour « annoncer » aux locataires leur prochain et inexorable départ, pour les y « presser » (des « pressions » face auxquelles ceux-ci seront rapidement enjoints à résister11), rendant ainsi particulièrement tangible les plans du propriétaire.

De quoi mettre le feu aux poudres et cristalliser rapidement un problème à l’automne 2004, sous le giron de l’association CVPT qui finit par s’impliquer. Clairement, il en va ici d’un problème en lien avec cette menace d’« expulsion massive » des locataires, et face auquel ces derniers sont enjoints à « résister » (par exemple, en se maintenant dans leur logement à l’issu de l’échéance de leur bail, en préparant le procès en faisant trace des échanges avec le propriétaire, en recourant à l’écrit avec accusé de réception, en ne recevant pas les médiateurs à leur domicile, en les laissant à la porte, etc.).

Sans revenir sur les activités associatives qui ont alors accompagné et canalisé cette émergence (enquête de porte-à-porte, campagnes médiatiques, manifestation, etc.), ni sur les échanges « musclés » depuis les deux extrêmes de l’arène publique, il est notable que cette configuration tiendra près de deux ans, jusqu’en 2006. Cette mise à l’agenda public, fruit des velléités du propriétaire à « faire le ménage dans les immeubles », trouvera un cadrage juridique autour de rapports locataire/propriétaire « défaillants ». La question sera en effet de savoir si la rupture des baux des locataires relève d’une affaire privée ou d’un problème public ; de savoir, donc, si l’on s’inscrit dans un rapport locataire/propriétaire de nature privée, ou bien si l’on s’inscrit dans le cadre d’une action publique, au regard de la réhabilitation et de la protection des droits des locataires.

Or du côté des pouvoirs publics, on se refusera de trancher. Faisant de l’ambiguïté une ressource, ils s’efforceront en effet de dégonfler le problème, de réclamer de la « confiance » (aveugle) aux habitants, d’éviter – comme le répètent à souhait les élus de tout bord… – de « faire de la politique », de dénoncer des « rumeurs », de discréditer des « opposants au projet » (dont CVPT entend précisément renforcer la caractère public), de court-circuiter l’affaire qui prend forme mais qui finit malgré tout par leur échapper. Pour ce faire, la mairie en particulier jouera la carte du relogement, en faisant rapidement entrer en lice des bailleurs sociaux sous leur giron, afin de racheter des immeubles sur la rue et d’y accueillir les locataires. Seulement, ce relogement « public » demeure plus qu’incertain. Celui-ci est en effet davantage saisi comme « délogement » du fait qu’il soit imposé à tous, sous les « pressions » qu’occasionnent les passages répétés desdits « médiateurs », du fait aussi qu’il en passe par le préalable des « fins de baux » qui rompt tout lien juridique avec les locataires, les rendant simples occupants « sans droit ni titre » ; ou encore du fait qu’il reste en définitive sous le seul joug du propriétaire, sans véritable contrôle public, dans des immeubles appelés à être vendus (et non alors vendus) à des bailleurs sociaux. Très clairement, on est ici dans un affrontement, fait de coups et de contrecoups pour, d’un bord de l’arène publique, faire exister publiquement les problèmes, faire valoir une certaine vision du bien public ; de l’autre bord, pour en dissoudre toute teneur problématique, incarner comme un allant de soi ce bien public, et briser toute lame de fond.

C’est alors dans ce cadre plutôt indécis qu’un horizon juridique se renforcera peu à peu. Celui-ci visera en effet à faire valoir le droit des locataires qui « résistent en se maintenant » au-delà de leur fin de bail. L’objectif porté par Un-centre-ville-pour-tous est alors de créer un corpus de jurisprudence en matière de droit des locataires, des modes d’application du droit (concernant le motif de résiliation, les pressions, la validité des lois 1948 contestée par le propriétaire, etc.). C’est-à-dire de gagner des procès et d’en faire ensuite levier jurisprudentiel pour l’ensemble des locataires concernés.

Cet objectif se déploie alors à travers un accompagnement associatif conduit auprès des locataires et qui prend la forme d’une remédiation juridique. Des « cas » susceptibles d’être portés devant un tribunal sont ainsi produits à partir des difficultés rencontrées (soit, traduire des difficultés rencontrées en des termes juridiques, recourir à l’écrit, préparer des lettres types, recourir à l’accusé de réception, etc.). Face au peu de répondant des pouvoirs publics, ce travail d’accompagnement, assumant que « la meilleur défense est celle que l’on organise nous-mêmes », aura alors tôt fait de cristalliser une scène centrale, la « Permanence de la rue de la République ». Là, cas après cas, semaine après semaine, on y ressasse le fait que le propriétaire ne respecte pas le droit des locataires. Durant plus de deux ans, de nombreux locataires viendront ainsi exposer devant leurs pairs leurs difficultés. Là, également, on y assure un suivi de l’évolution de la situation des uns et des autres. Mais quant à savoir si les locataires se porteront finalement en justice, ce sera un tout autre problème.

De l’évaporation

Car en effet, en dépit des efforts considérables consentis, ce problème n’en demeurera pas moins peu assuré, tout confronté qu’il a été à une délicate calcification des troubles et à de multiples dynamiques de détermination (souvent épinglées, une fois encore, en « rumeur », mais cette fois par les tenants d’un « tout procès »). En effet, en dépit de son éclosion et de sa stabilisation, ce problème n’en demeura pas moins malmené, au point d’être érodé jusqu’à son évaporation à partir de 2007. Par rapport à cela, j’ai brièvement évoqué le positionnement plutôt ambigu des pouvoirs publics. Mais il est une difficulté autrement plus redoutable : la réserve du public.

Cette difficulté est en effet liée à la dissipation des difficultés, celle-là même qu’entraîne la « disparition » de nombreux locataires qui optent pour un relogement dans un immeuble de la même rue, dans ce qui a pu formeer les « futurs logements sociaux ». Or, il est notable que ces relogements font suite à des négociations privées et discrètes, à l’écart de tout agenda public et particulièrement de l’agenda judiciaire promu par l’association. Cela se traduit concrètement par la disparition des locataires que l’on croise, mais dont on n’a plus aucune nouvelle (on s’évite, on s’ignore, on se dispute et on ne se parle plus, on déménage « du jours au lendemain », « sans dire au revoir »). Aussi ces disparitions ont-elle tendance à dissoudre les difficultés, à dissiper ces « pressions exercées par les propriétaires » qui semblent pourtant à certains « fragiliser les locataires et les pousser au départ ». Ces disparitions sont d’autant plus redoutées qu’elles contreviennent à cet objectif de créer des précédents juridiques.

La situation est donc délicate. D’autant plus délicate que si ces disparitions se traduisent par une prise de distance (dans un sens ou dans l’autre ; parfois au sein d’une même famille !), elles ont aussi cela que de ne pas passer inaperçues. Et de fait : une disparition est expériencée. Certains sont subitement évités par leur connaissance (connaissance par exemple que l’on a croisé durant deux ans lors des permanences, avec qui on a étoffé un minimum de lien, auprès de qui ont prenait des « nouvelles », etc.). Or se conduire en étranger avec elle, voilà une expérience le plus souvent remarquée (tantôt épinglée en « trahison » de ceux qui sont « sortis d’affaire », tantôt aussi en évitement de ceux qui, résistant, sont trop « bornés »). Certains, militants ou autres mais partisans d’un « tout procès », se rapprocheront alors de ces locataires étiquetés comme « fragilisés par les pressions », afin de les « soutenir », « encourager » ou « convaincre/pousser » à ester en justice, de « récupérer la situation » de ceux et celles qui se sont fait « avoir ». Car pour ceux qui, n’ayant plus de « nouvelles », voient la Permanence « se déserter » et font le constat d’une « mobilisation » en train de s’effriter, il ne saurait en effet être question de perdre le contact avec ces « personnes fragiles ou fragilisées ». Mais ce contact exclut de fait la prise en compte de tout un tas d’autres considérations : qu’une personne âgée cherche à se rapprocher de sa famille, ou ne souhaite plus être isolée et seule dans son immeuble ; que telle autre personne vienne de se retrouver au RSA et cherche à obtenir un logement social ; voire encore lorsqu’un plafond menace de s’effondrer ou s’effondre, rendant l’appartement inhabitable et poussant un locataire, dont le bail est régi sous la loi de 1948, à quitter son logement… Des considérations de nature plus privée, qui ne pesaient pas bien lourd face à « ce qu’il se passait », ou dont le relief public poussait « coûte que coûte » au tribunal.

Voilà donc le paradoxe qui a traversé parfois la Permanence, les AG et CA de CVPT ; mais surtout les rencontres et les évitements des uns et des autres dans la rue. Néanmoins, c’est aussi parce qu’il est question d’aller au contact de ces personnes qu’il finira par être question de « renouer les liens », de « travailler avec ceux qui ont trouvé des solutions ». Car cet élan de rapprochement re-générera du lien. Mais il en passera par une expérience du public, par une relance de l’enquête (de porte-à-porte…) avant de finalement prendre acte de cette nouvelle « donne » et aboutir sur une reconfiguration du problème. Oui, le « délogement » jusque-là dénoncé deviendra « relogement », i.e. une « victoire » de l’action collective et de la résistance des locataires qui leur a permis d’« éviter le pire » et de « ne pas se retrouver à la rue ». Le relogement est désormais le fruit d’une résistance des locataires. Car en se maintenant dans leur appartement, ceux-ci ont « après tout » contraint le propriétaire à les reloger.

Une reconfiguration fut ainsi à l’œuvre. Mais elle engagea une évaporation du problème. Les affaires demeurant privées, négociées, celles-ci ne trouvent plus finalement de répartie publique, de teneur problématique. Va-t-on dénoncer publiquement que le propriétaire négocie « mal » ? C’est plus sûrement que l’on reste chez soi tant qu’une proposition ne convient pas, même si le propriétaire fait désormais « pression » en menaçant d’aller au tribunal ! Car après tout, « avec un procès, on ne peut pas tomber plus bas ». Mais du coup, les pressions se dissipent derrière un relogement. Et il suffit de rajouter à cette évaporation, les reventes successives à la découpe du patrimoine immobilier, la faillite de Lehman Brothers, la fin de l’OPAH (sans bilan d’ensemble), pour se demander ce qu’il reste finalement de ce problème. Longtemps en tout cas, et non sans lien avec cette évaporation, cette idée des plus curieuses : qu’il n’y a plus d’(anciens) habitants sur cette rue, que les « riches » sont venus. Une curiosité, il faut bien le reconnaître, qui n’a pas été sans en appeler à de nouvelles enquêtes, cette fois du côté du monde de la recherche.

Cette contribution reprend et prolonge la communication faite par Jean-Stephane Borja lors du colloque international Les marges urbaines, un analyseur des inégalités socio-spatiales  : mise en perspective internationale, qui a eu lieu le 14 et 15 septembre 2016 à Marseille, dans le cadre de l’ANR Marges : Entre exclusion et intégration, cas méditerranéens.

J. DEWEY, 2003, Le public et ses problèmes, PUP/Farrago-Leo Scheer.

D. CEFAÏ, 1996, « La construction des problèmes publics, définition de situations dans des arènes publiques », Réseaux, n°75, pp. 44-65 ; J. GUSFIELD, 1981, The culture of public problems: Drinking-drinving and the symbolic order, University of Chicago Press.

4 J. DEWEY, op. cit. ; J. ZASK, 2004, « L’enquête sociale comme inter-objectivation », Raisons Pratiques, Editions de l’EHESS, n°15.

T. SHIBUTANI, 1966, Improvised news: A sociological study of rumor, Bobbs-Merrill.

6 H. BLUMER, 1971, « Social problems as collective behaviour », in Social problems, Vol. 18, n° 3, pp. 298-306.

P. FOURNIER, S. MAZZELLA, (dir.), Marseille, entre ville et ports. Les destins de la rue de la République, La Découverte, Recherches

Opération qui s’évertue à reconquérir les friche portuaires et qui se déploie principalement sur la rue de la République à travers une réhabilitation publique qui fait la part belle à l’investissement privé. Voir : J. DUBOIS, M OLIVE, 2004, « Négocier la requalification urbaine. L’action publique dans son horizon d’incertitude », in Fournier, P., Mazzella, S., (dir.), Marseille, entre ville et ports. Les destins de la rue de la République, La Découverte-recherches, pp. 40-59.

Par exemple : « Actuellement, 60 % de notre parc est vide. Pour le reste, nous attendrons la fin des baux des occupants et nous ne les renouvellerons pas » ( « L’Amérique débarque en force rue de la République », La Provence, le 25/08/04) ; « Tous les trimestres, nous allons mettre fin à des baux. 400 foyers seront concernés pendant 7 ans. Soit un peu plus d’une lettre par semaine » (« Rue de la République : le nettoyage par le vide », Marseille l’Hebdo, le 01/09/04) ; « On revalorise et on revend. On n’est pas des spéculateurs qui se disent « le marché va monter, on peut s’enrichir en dormant ». Non, avec du sang, de la sueur et des larmes, on va créer de la valeur. » (« Marseille à la sauce texane », Libération le 30/09/04).

10 L’état des immeubles nécessitant, selon lui, une « intervention lourde », laquelle implique de « vider les immeubles ».

11 Par exemple : résiliations, contestations de la légalité des baux régis sous la lois de 1948, « menaces » et les « intimidations » relatives aux futurs travaux (« enlever les escaliers et ascenseurs », « tout casser, sol et plafond »), aux « violences de chantiers », à l’insécurité dans les immeubles, au risque de squats, à la solitude de certaines personnes âgées (« Vous vous retrouverez tout seul, les voisins vont partir ») et parfois même au danger de mort les concernant (« s’il vous arrive quelque chose »), souvent en lien avec la vétusté des ascenseurs ! À cela s’ajoutent aussi : le soudoiement des locataires pour obtenir un départ sans même que leur bail ne soit arrivé à expiration contre des « indemnités d’éviction » de plusieurs milliers d’euros ou l’effacement d’un arriéré locatif ; les « pressions » renvoyant à l’état d’abandon persistant des immeubles (serrures cassées, sonnettes en panne…), pannes d’ascenseurs (de 6 mois à plus de 5 ans), coupures d’eau et d’électricité ; le « harcèlement » quotidien pour obtenir un relogement (les médiateurs vont également voir les locataires avec des dossiers de demande HLM pré-remplis qu’il ne reste qu’à signer, se proposent de faire des demandes de logements sociaux à la place de ceux-ci, ou annoncent que les relogements seront limités pour précipiter les départs). Enfin, les relogements sujets à des augmentations plus que significatives des futurs loyers, opérés hors du quartier, voire même de la ville… Etc.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.