2e Journée d’Étude sur les Espaces Publics / Des espaces publics entre privatisation ou ouverture?

Capture d’écran 2016-05-02 à 18.04.14

Annika Dippel (stagiaire LPED) et David Mateos Escobar (coord. ENCRE 2016) ont participé à la 2e Journée d’Étude sur les Espaces Publics : Des espaces publics  entre  privatisation ou ouverture? (LPED, Aix-Marseille) avec une communication intitulée : ENCRE 2016  : Premiers retours de terrain.

Une matinée riche consacrée, d’une part, à une tentative de typologie des espaces publics par Antoine Fleury (Géographe-Cité, UMR 8504) et l’introduction d’une perspective intéressant dans la notion de ¨ville publique¨. D’autre part, la présentation de Paula Orduña, Géographe (Universitat de Barcelona) et urbaniste (Universitat Politècnica de Catalunya), du Pla BUITS à Barcelone, étude de cas sur un dispositif d’aménagement temporaire d’espaces publics à la fois stimulant du point de vue de l’apprentissage de la maîtrise d’ouvrage et qui interroge le niveau d’engagement des pouvoirs publics au regard de la production d’initiative privée de l’espace urbain.

Un peu plus tard, l’architecte et ethnologue Chantal Deckmyn (Lire la Ville 2) a développé un exposé riche et sensible sur la place des SDF en ville (étude commanditée par l’agence PACA de la Fondation Abbé Pierre) et sur les qualités (in)hospitalières des espaces publics. Cette dernière réflexion, issue d’un guide (à paraître) de bonnes et mauvaises pratiques dans leur conception et leur gestion à l’attention d’élus, concepteurs et techniciens.  Les géographes Elisabeth Dorier et Julien Dario (LPED) ont rendu compte d’une enquête collective titanesque sur la fermeture résidentielle à Marseille avec en particulier une réflexion sur les fermetures a-posteriori de rues entières, renvoyant aux formes, acteurs et enjeux de la gestion des espaces publics localement.

Enfin, après un rappel de l’Histoire-immobilière-République Annika Dippel et David Mateos Escobar ont présenté l’enquête collective ENCRE 2016 (antécédents, objectifs, moyens) ainsi que les actions engagées par les trois équipes, leurs principales hypothèses et les outils d’enquête mobilisés. Annika Dippel à notamment décrit le dispositif de questionnaire mit en place par l´équipe Peuplement (LPED) qui repose sur un questionnaire papier dont la saisie se fait sur un outil numérique appelé Limesurvey à partir duquel est générée et gérée la base de données qui devrait compter plus de 250 enquêtés! Pour conclure, et toujours dans un soucis de cohérence avec la thématique de la journée, Annika a présenté une carte des déplacements d’un petit échantillon d’enquêtes (phase test de l’enquête) pour motif d’achats alimentaires. Cette carte montre que, par delà les discours sur l’existence d’un désert commercial dont les seules supérettes franchisées ne sauraient satisfaire les besoins de la clientèle et contribuer à créer du lien, une part importante des achats alimentaires de proximité sont polarisés par celles-ci. De quoi s’interroger sur le destin des alimentations indépendantes et autres petits et moyens commerces d’en ville.

Capture d’écran 2016-05-02 à 18.57.18

Pour télécharger la communication : ENCRE 2016  : Premiers retours de terrain.

Une publication de l’ensemble de ces journées est prévue par la revue Méditerranée en 2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.